Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 15:46

Hier soir : première émission de TF1 « J’ai une question à vous poser ». Invité Nicolas Sarkozy.

Sagement assis, je me suis dit : voici une occasion rêvée de découvrir son programme.
Entre parenthèse, il y a un côté extrêmement agaçant d’entendre les interrogations du microcosme sur la soi-disant absence de programme de Ségolène Royal. Vous avez vu  le programme de Sarkozy, vous, pour l’instant ? Ne parlons même pas de celui de Bayrou…Je mets bien volontiers au défi chacun d’entre vous - à l’instant même où je parle - de citer une mesure, une seule, que François Bayrou se propose de mettre en œuvre dans l’hypothèse - fort peu probable - où il serait élu Président de la République !
Maintenons le cap : projet socialiste, campagne participative, cadrage du programme présidentiel le 11 février. Et puis, n’hésitez pas à vous rendre sur le site « Désirs D’avenir » et vous serez étonnés de l’ampleur des propositions sur chaque sujet.

Bon, j’en reviens à la soirée d’hier et à Sarkozy. 

Première réaction : je ne l’ai pas trouvé bon. Une phrase m’a paru résumer ses propositions : la solution à tous nos problèmes serait « de remettre la France au travail ». Et quand il la décline en réponse aux questions, il faut se pincer pour être sûr de bien avoir entendu :
« Madame, vous avez 72 ans, vous avez élevé 4 enfants et travaillé seulement 4 ans, vous avez 200 euros de retraite…eh bien si je suis élu , ne vous inquiétez pas, vous aurez la possibilité de travailler en complément de votre retraite, pour gagner plus…. ».
Tête de la dame !!... Même réponse pour une autre femme de plus de 70 ans, cumulant retraite personnelle et pension de reversion pour un montant total de l’ordre de 800 euros : « C’est dur de vivre avec cette somme là, mais vous aurez demain la possibilité de travailler pour gagner plus… ». Pour être honnête, le candidat ministre a ajouté une autre proposition. C’est la redistribution entre retraités… et de dire : « C’est pas normal que les régimes spéciaux existent. Je vais les supprimer et çà permettra d’augmenter les retraites des autres »… Est-ce que vous avez compris, vous, de quelle manière il compte s’y prendre ? Cela veut-il dire que les retraites des uns vont diminuer pour permettre l’augmentation de celles des autres ?
Sarkozy a poursuivi dans le même registre : « J’ai rencontré à Charleville Mézières un ouvrier (note du rédacteur : bravo !) qui gagne, au bout de 35 ans, seulement 1200 euros par mois…c’est pas beaucoup ( re bravo !) …Il faut lui donner la possibilité de travailler plus (heures supplémentaires) pour gagner plus…. »
Je me suis dis : ce type est fou. Ou plus exactement, il exprime la vision d’une société néolibérale dans ce qu’elle a de pire.  Son modèle, c’est de contraindre les personnes âgées à retourner au travail pour survivre. C’est ce que l’on le voit d’ailleurs aux Etas-Unis ou en Grande-Bretagne. Sa solution au problème du pouvoir d’achat, c’est de dire aux gens de travailler plus alors que tant d’entre-eux travaillent déjà beaucoup pour de faibles salaires.
Et comme si ce n’était déjà pas assez, Sarkozy assène encore : « Non, je ne suis pas favorable à l’augmentation du SMIC ». « Je veux réhabiliter le travail » dit-il, mais sans revaloriser le salaire horaire de travail !
Le modèle de Sarkozy pour revaloriser le travail consiste à dire aux gens : « Si vous n’êtes pas assez payés, ce n’est pas que votre travail n’est pas assez considéré, c’est que vous ne travaillez pas assez….». Appliqué au travail le dimanche, cela donne le raisonnement suivant : « Pourquoi interdire aux gens de travailler le dimanche, si cela leur permet de gagner plus…». Fausse ou vraie liberté ? Qui décide ? Quelle pression de l’employeur ? Tout juste Sarkozy consent-il à dire qu’il posera la question aux syndicats de savoir comment juger de la liberté du salarié….merci quand même.
Je ne parle évidemment pas, là, de la pensée sarkozienne sur celles et ceux qui ne travaillent pas. C’est un autre sujet. Mais au moins aussi grave : stigmatisation et condamnation, la résume parfaitement : « Ceux qui ne travaillent pas, c’est de leur faute…c’est de la mauvaise volonté ».
Caricature de ses propos ?  Je vous laisse juge. Dites-moi ce que vous en pensez. Il y a eu beaucoup d’autres points édifiants abordés au cours de cette soirée sur TF1. J’en suis, en en tout cas, ressorti gonflé à bloc. Il n’est décemment pas possible de laisser cet homme arriver à ses fins. On va se battre !

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Je n'ai hélas pas regardé l'emission mais j'ai lu à ma stupeur ce communiquè de l'AFP qui confirme l'emprise du ministre candidat sur les  média.<br /> Le plus drolatique, c'est qu'en voulant (très probablement) décimuler une parti du débat  il lui ont au contraire fait avoir une sacré PUB.<br /> Cl@ude<br /> Sarkozy sur TF1: un passage sur l’immigration absent du site internet<br />  <br /> <br /> Sarkozy sur TF1: un passage sur l’immigration absent du site internet<br />  <br /> <br /> PARIS, 6 fév 2007 (AFP) - Un passage de l’émission de TF1 avec Nicolas Sarkozy, au cours duquel le candidat de l’UMP parlait de l’immigration “choisie”, était absent mardi du site internet d’information de la chaîne, a constaté l’AFP, confirmant une information de nouvelobs.com.<br />  <br /> <br /> Interrogé, le responsable du site d’information du groupe TF1, LCI.fr, Pascal Emond, a reconnu cette absence, l’expliquant par des “raisons techniques”.<br />  <br /> <br /> “Nous allons rectifier cela et diffuser l’intégralité de l’émission sous peu, de même qu’un +best of+ qui comprendra cet extrait”, a-t-il précisé, se défendant de toute forme de censure.<br />  <br /> <br /> Dans l’émission “J’ai une question à vous poser”, Nicolas Sarkozy, interrogé sur l’immigration, a répondu qu’il était favorable à “l’immigration choisie”. “Personne n’est obligé, je répète, d’habiter en France, mais quand on habite en France, on respecte ses règles, c’est-à-dire qu’on n’est pas polygame, on ne pratique pas l’excision sur ses filles, on n’égorge pas le mouton dans son appartement et on respecte les règles républicaines”, a lancé le candidat à la présidentielle.<br />  <br /> <br /> Ces propos ont soulevé l’indignation d’une jeune femme d’origine algérienne et musulmane pratiquante, qui a affirmé se sentir “insultée”.<br />  <br /> <br /> “Les propos sur le mouton c’est un propos raciste pour moi (…). Il y a une réglementation, ça ne se passe plus de cette façon, on a des abattoirs, on est civilisés”, a-t-elle rétorqué.<br />  <br /> <br /> “Je n’ai jamais été raciste”, a déclaré M. Sarkozy.<br />  <br /> <br />  
Répondre

Bonjour, rendez-vous sur mon nouveau site: www.alexandre-medvedowsky.com

Recherche