Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 11:52

Vincent Peillon était présent hier, en fin de journée, à l'Europôle de l'Arbois, pour participer à une table ronde réunissant chercheurs et chefs d'entreprises présents sur ce site.


Etaient présents :

Dans le domaine de la recherche : M.Nahon, Conseiller scientifique de l’Europôle, ancien Directeur de l’enseignement supérieur et de la recherche; M.Beauvais IRD; Mme Trolard, INRA; M.Hamelin, CEREGE, VP université Paul Cézanne; M.Bourles, ASTER; M.Choukroun, Comité Andromède

Dans le monde de l’entreprise :
M.Lassus, Nheolis (éolien); M.Tomas, Conexia (solaire); M.Bouchard, Helion (pile à hydrogène); M.Ochier, Eco-emballages; M.Lacaze, Synchrone; Mme Lefoulgoc, CEEI (pépinière d’entreprises)


Après une présentation du Technopôle dédié à l'Environnement (ce qui en soit est une singularité du site aixois, contrairement à Sophia Antipolis qui est plurithématiques) et de son mode de fonctionnement, place a été donnée à l'échange sur la nature des relations que l'ensemble des acteurs présents pouvait avoir avec l'Europe et ses différents programmes. 

Un article paru dans la Provence du jour retrace assez bien les débats, je vous invite à le lire.

 


 

Plus tôt dans l'après-midi, Vincent Peillon était à Rousset, à la rencontre des salariés de chez ATMEL, menacé dans leur emploi...Là, où le chef de l'Etat avait refusé de se rendre lors de son récent déplacement en Pays d'Aix.
Un article paru dans la Provence en fait état.


Déclarations de Vincent Peillon devant les salariés :
"Les salariés ne sont pas des voyous, les syndicalistes ne sont pas des casseurs. Nous ne pouvons accepter que la compagnie Atmel ne donne pas d'informations sur le devenir de la filière et de l'usine de Rousset.

Ce site n'est pas en difficulté, au contraire, il affiche une véritable rentabilité et a dégagé des gains de productivité quasi égaux aux pays asiatiques. Monsieur Laub aux États Unis veut faire d'Atmel un passager clandestin de la crise.
Il est impensable que le gouvernement n'aborde pas la question du devenir de la filière microélectronique.
Je demande que les pouvoirs publics sortent du silence qui était assourdissant ces derniers jours.
Je demande au président de la République, Nicolas Sarkozy, d'organiser une table ronde sur la question du devenir de la filière microélectronique et de saisir la commission européenne en charge de la recherche afin qu'elle prenne ses responsabilités. Ici 800 millions de dollars, d'argent public français et européens ont été investit et nous avons le droit de demander des comptes."

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bonjour, rendez-vous sur mon nouveau site: www.alexandre-medvedowsky.com

Recherche