Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 14:28
logo-ps.gif
 
Alexandre Medvedowsky
 
Aix 2008
une ville pour tous
 
Aux militant(e)s aixois(e)s du Parti Socialiste
 
Cher(e)s camarades, cher(e)s ami(e)s,
 
L’élection municipale de mars 2008 approche et voici le temps de désigner démocratiquement celui ou celle qui conduira la liste de femmes et d’hommes qui mèneront ce combat.
 
Je me réjouis que cette procédure intervienne suffisamment tôt pour permettre un temps de préparation et de campagne suffisamment long. Je me félicite aussi que ce processus de choix soit totalement démocratique. La légitimité de chaque candidature est totale. Mais un candidat ne peut incarner un combat politique, par nature collectif, qu’investi et légitimé par le soutien d’une majorité des militants de nos sections.
 
On ne fait plus aujourd’hui de la politique comme avant. L’exigence de débat, l’exigence de choix, l’exigence d’une véritable démocratie participative sont toutes trois devenues des éléments essentiels d’une nouvelle pratique politique. Ce sont en tout cas des éléments nécessaires à l’indispensable rénovation de notre Parti et j’entends m’inscrire, avec force et conviction, dans cette perspective au sein de la Fédération des Bouches-du-Rhône animée par Eugène Caselli.
 
Je me présente donc devant vous, sollicitant vos suffrages, pour être désigné comme le premier d’entre vous pour mener ce combat de reconquête.
 
Je pense que ma légitimité à me porter candidat à cette candidature est difficilement contestable : né à Aix il y a 48 ans, ma famille est historiquement ancrée aux racines de notre ville. Mes parents y habitent, mon frère y exerce la profession de médecin, je vis moi-même avec mon épouse dans le quartier de Célony.
Militant socialiste depuis 1978, élu à Aix sans interruption depuis 1989, j’ai géré aux côtés de Jean-François Picheral pendant 12 ans les grands dossiers de notre ville (aménagement, urbanisme, logement social, développement économique). J’ai été Conseiller Régional entre 1992 et 1998. Je suis Conseiller Général du canton de Peyrolles depuis cette date où j’ai succédé, avec son soutien, à Louis Philibert.
Je ne tire aucun sentiment de supériorité à l’énoncé de ce parcours politique. Je sais que je vous le dois, je sais que je le dois à votre confiance, au soutien du Parti et des militants socialistes, à l’amitié très forte de beaucoup d’entre vous avec qui et aux côtés de qui je me suis battu tout au long de ces années. Pas de supériorité donc, mais beaucoup de fierté d’avoir accompli ce parcours avec vous.
J’ai vécu très difficilement, comme vous, notre défaite de 2001. Elle m’a servi de leçon : nos erreurs collectives, nos erreurs individuelles, les miennes comprises, m’ont inspiré un nouveau comportement, de nouvelles pratiques. J’ai surtout décidé de faire face, de rester présent, de me battre pied à pied avec tous ceux qui le voulaient, pour nos valeurs, pour les idées de gauche, pour les aixois.
L’année 2004, avec les victoires de Michel Vauzelle à l’élection régionale et la réélection d’André Guinde et de moi-même aux élections cantonales autour de Jean-Noël Guérini, a été un tournant. Ces victoires éclatantes nous ont permis de penser que non seulement nos idées étaient toujours présentes mais qu’elles pouvaient aussi nous permettrent de gagner les élections municipales d’Aix.
 
Fort de cette conviction, j’ai dit alors que je souhaitais être candidat à la candidature à l’élection municipale. Cette conviction a été renforcée par le combat mené en juin dernier lors de l’élection législative contre Maryse Joissains qui a montré de réels signes d’effritement de son pouvoir et de son influence.
Je vous propose que nous menions ensemble la bataille des prochains mois. Nous pourrons gagner, j’en suis persuadé, à quatre conditions :
 
- Un succès ne pourra être que celui d’une équipe. J’ai toujours eu la conviction que l’action politique était aux antipodes de l’aventure individuelle. C’est l’action d’un groupe, c’est une action collective. Le travail avec les secrétaires de sections, les élus socialistes de notre ville, la volonté d’André Guinde d’unir ses forces aux miennes et avec qui nous allons mener de concert cette campagne municipale, sont autant de signes forts, annonciateurs de la constitution de cette équipe que j’entends animer. Il y en aura d’autres.
 
- J’ai la ferme conviction ensuite, que gagner nécessite le rassemblement de toute la gauche. Ce rassemblement ne doit pas être un accord d’appareils mais un rassemblement de femmes et d’hommes partageant un même système de valeurs autour d’un projet commun.
Penser, comme je l’ai entendu, que l’on pourrait tourner le dos à ce rassemblement pour lui préférer une alliance immédiate avec le centre, me parait une erreur politique grave qui mérite explication devant l’assemblée générale des militants socialistes aixois. Bien sûr, le rassemblement que j’appelle de mes vœux devra être ouvert à toutes les femmes et les hommes représentatifs des forces vives de notre ville (associations, entreprises, professions libérales, représentants des intérêts des quartiers, …) qui accepteront de s’y joindre.
 
- On ne gagne pas, me dit-on, une élection ni sur un bilan - en l’occurrence contre un bilan - ni sur un projet ! Gagner en mars 2008 se fera cependant  autour de l’un et de l’autre.
Car le bilan de Maryse Joissains, c’est le nôtre : Sextius-Mirabeau, le Pavillon Noir, le Grand Théâtre de Provence, les premières applications du Plan de Déplacement Urbain, … sont des projets que nous avions initiés dès 1989 et portés pendant 12 ans. Autant de projets que Maryse Joissains s’est contentée d’inaugurer ! Cela ne nous empêchera pas de dénoncer son absence de vision d’avenir pour Aix et le Pays d’Aix, la formidable crise foncière et du logement, la dégradation de la qualité de vie des aixois, l’absence d’ambition en matière de politique de transports, l’absence de politique de solidarité envers les plus démunis, une politique culturelle, sportive et associative élitiste au profit de quelques uns et au détriment de tous les autres, une action et un comportement politique clanique, poujadiste, démagogue indigne.
 
En contrepoint, nous proposerons aux aixois un véritableprojet, une vision d’Aix et du Pays d’Aix, plus ambitieuse et plus partagée, plus moderne et plus solidaire où l’environnement et le développement durable ne seront pas vécus comme des contraintes mais comme des atouts au service de notre développement économique, culturel, touristique Ce projet, nous devrons l’élaborer ensemble, au sein des sections bien sûr, mais aussi avec les aixois, en multipliant les échanges, les rencontres, en rendant effective la démocratie participative au niveau local.
 
Enfin, créer les conditions de la victoire nécessite, j’en suis convaincu, de faire vivre une autre pratique de la politique : fini le temps des notables, terminé le temps des aventures individuelles, oublié les arrangements en catimini entre quelques-uns. Cela passe d’abord par le respect de notre Parti, de ses militants, c'est-à-dire de chacune et chacun d’entre vous. Je prends, pour ma part, l’engagement formel, au cas où vous estimeriez que je ne suis pas le mieux placé pour conduire le prochain combat municipal de respecter votre décision et de me mettre au service de celui ou celle que vous m’auriez préféré. J’attends en retour qu’il en soit de même si vous me désignez. Je veux ensuite, avec vous, faire une campagne de proximité, au contact et à l’écoute des citoyens, comme nous avons su le faire au moment des élections présidentielles et législatives.

La Fabrique, 4 av.Malherbe, 13100 Aix-en-Provence   - alexandre.medvedowsky@orange.fr
Partager cet article
Repost0

commentaires

Bonjour, rendez-vous sur mon nouveau site: www.alexandre-medvedowsky.com

Recherche